Phénotypes de Résistance des Staphylocoques Isolés au Centre MédicoSocial de la CNPS de Maroua, Cameroun

  • Adiogo Dieudonné Desiré

Abstract

Les staphylocoques sont à l’origine des septicémies, des infections de la peau, des urines, du sperme, du tube digestif, de l’os, des chocs toxiques, des toxi-infections alimentaires. L’émergence des staphylocoques hautement résistantes inquiète la communauté médicale et nécessite de mettre en œoeuvre des stratégies globales de surveillance. Dans le but de contribuer à celle-ci nous avons dans étude prospective réalisée de 2015 à 2017 au Centre médico-social de la CNPS de Maroua évalué la résistance de 109 souches de staphylocoques aux betalactamines, quinolones, aminosides, macrolides et apparentés, glycopeptides, et autres antibiotiques. L’antibiogramme a été réalisé selon les normes du Comité de l’Antibiogramme de la Société Française deMicrobiologie (CA-SFM). Des tests complémentaires ont été nécessaires pour établir les phénotypes de résistance et d’en déduire les mécanismes mis en jeu pour cette résistance. Il apparait que les staphylocoques sont surtout retrouvés dans les urines, le sang et les pus et les espèces non-aureus sont les plus impliquées dans les infections au CMS. La sensibilité globale des staphylocoques est très basse vis-à-vis du cotrimoxazole (1,5%), des betalactamines (5,5%), des macrolides et apparentés (25,7%), des phénicolés (26,9%), des tétracyclines(33,6%), de la nitrofurantoïne (35,1%), moyenne aux aminosides(47,7%) et relativement bonne pour la rifampicine (71,6%), les quinolones (82%), les glycopeptides (81%) et l’acide fusidique (91,7%). Les mécanismes de
résistance mis en jeu sont surtout la production de nouvelles PLP (79,8%) et pénicillinase (11%) pour les betalactamines. La production des phosphotransférases (7,3%), nucléotidyltransférases (20,2%) et acéthyltransférases + phosphotransférases (14,7%) est retrouvée avec les aminosides. La méthylation de la cible par mise en jeu de méthylases inductibles (12,8%) ou constitutives (29,4%), et l’efflux (16,4%) sont les
mécanismes plus rencontrées chez les macrolides. L’épaississement de la paroi avec réorganisation complexe du métabolisme modification (10,1%) et élimination de la cible (9,2%) se voient chez les glycopeptides; et la modification de la cible ADNgyrase et ADN topoisomérase IV (18,1%) sont l’objet des quinolones. La présence des phénotypes VISA/GISA et VRSA alors que les glycopeptides ne sont pas encore vendus au Cameroun est le
marqueur d’une résistance importée ou celle de la contrebande des antibiotiques. Ceci confirme et réaffirme de la nécessité d’une action concertée et coordonnée impliquant la communauté médicale et scientifique et les pouvoir publics en vue de mettre en place un système de lutte contre l’expansion de cette résistance.

Author Biography

Adiogo Dieudonné Desiré

Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques de l'Université Douala, BP 2701 Douala, Cameroon

Published
2019-05-20
Section
Articles